WorldTour

Pas de limite à Ewan à Pesaro!

18/05/2019

Caleb Ewan a remporté la seconde victoire d’étape de sa carrière dans le Giro. Après un fantastique travail de Lotto Soudal, le jeune Australien s’est imposé au sprint devant Elia Viviani et Pascal Ackermann. Il s’agit de son quatrième succès de la saison, après ses victoires au Tour de Turquie et au UAE Tour. 

Aujourd’hui avait lieu la plus longue étape de ce Giro. Au programme des coureurs: 239 kilomètres le long de la côte adriatique entre Tortoreto Lido et Pesaro. Le parcours était globalement assez plat, avec quelques ascensions dans le final. L’échappée matinale, composée de Frapporti et Cima, a été rapidement rattrapée par le peloton. Dans les derniers kilomètres, Ciccone, Bidard et Vervaeke ont tenté une dernière attaque, mais le trio n’a pas pu résister au retour du peloton. C’est finalement Caleb Ewan qui s’est montré le plus fort dans le sprint massif.

Caleb Ewan: « L’équipe a fait un boulot fantastique aujourd’hui. Thomas De Gendt et Victor Campenaerts ont contrôlé l’étape, tandis que les autres m’ont maintenu à l’avant du groupe dans les passages plus difficiles. La dernière tentative d’échappée aurait pu être dangereuse, mais Tosh Van der Sande et Jasper De Buyst ont fait en sorte que l’étape se termine tout de même au sprint. J’espérais vraiment pouvoir gagner, parce que j’avais déjà terminé deuxième, troisième et quatrième dans ce Giro. On ne peut pas parler d’un véritable sprint quand j’ai fini deuxième derrière Carapaz, mais nous avons essayé de tirer les leçons de toutes les autres étapes afin d’améliorer notre plan pour les sprints suivants. »

« Nous savions que le final d’aujourd’hui était dangereux, avec pas mal de virages et un revêtement humide. Il fallait donc veiller à rester à l’avant, ce que nous avons réussi à faire. Le dernier virage était situé à 200 mètres à peine de la ligne, il était donc indispensable que je sois en bonne position. J’étais dans la roue de Ackermann, lui-même précédé d’un coéquipier. Aborder le sprint à cette place-là était vraiment idéal. Si j’avais été en tête de groupe, le sprint aurait été trop long et j’aurais peut-être été un peu juste dans la dernière ligne droite. »

« L’étape d’aujourd’hui ne s’est pas déroulée comme nous l’avions prévu ce matin. Le final était plus difficile que ce que le roadbook semblait indiquer. Jasper et Tosh ont dû entrer en action plus tôt que prévu afin de revenir sur les échappés et ils n’ont donc pas pu jouer leur rôle dans la préparation pour le sprint. J’ai heureusement réussi à me mettre en bonne position. L’étape était vraiment longue, mais quand j’ai gagné à Alberobello il y a deux ans, le parcours comptait également quelque 224 kilomètres. Il semble que mon sprint soit toujours aussi performant après de telles étapes, c’est plutôt positif. »

« C’est un soulagement pour moi, c’est certain. Demain, c’est un contre-la-montre individuel suivi d’une journée de repos. Je pourrai donc profiter de cette sensation de victoire pendant deux jours encore. Après la journée de repos, nous établirons un nouveau plan pour les étapes de sprint. Remporter une étape dans un grand tour est toujours un objectif. C’est un sentiment fantastique, surtout lorsqu’on regarde la liste des sprinteurs engagés dans ce Giro. Jusqu’à présent, c’est ma plus belle victoire pour Lotto Soudal. J’ai déjà fait pas mal de podiums cette année, mais cette première place est la cerise sur le gâteau de la première partie de la saison. Ce succès représente beaucoup pour moi. »

Jusqu’à présent, c’est ma plus belle victoire pour Lotto Soudal. Ce succès représente beaucoup pour moi.

Partenaires

X