WorldTour

Matthew Holmes conquiert Willunga Hill.

26/01/2020

Matthew Holmes conquiert Willunga Hill.

Il y a trois jours qu’il se demandait s’il était fait pour le cyclisme au plus haut niveau mais au dernier jour du Santos Tour Down Under, Matthew Holmes, membre de l’équipe Lotto Soudal, a gagné l’étape reine sur Willunga Hill. Le vainqueur du classement général, Richie Porte, a terminé deuxième. Pour Lotto Soudal, c’était la fin d’une semaine très réussie avec trois victoires d’étape ainsi que la victoire de Caleb Ewan lors du Schwalbe Classic. C’était le week-end parfait pour Holmes. Le jour d’avant, sa copine Josie Knight avait remporté le titre individuel chez les élites ainsi que celui de la poursuite par équipes au Championnat britannique du cyclisme sur piste.

Matthew Holmes faisait partie d’une échappée de 26 coureurs mais il était le seul à pouvoir suivre Richie Porte sur la deuxième et la dernière montée de Willunga Hill. Sur la dernière partie, Holmes a passé Porte et a ainsi remporté sa première victoire professionnelle lors de sa première épreuve World Tour.

J’attendais le sprint mais j’ai commencé à réaliser qu’ils étaient tous à leur limite. » disait Matthew Holmes. « Puis, Richie Porte était là mais je n’ai pas paniqué. Je pensais : ‘C’est très bien, il ne va pas ralentir et il va me ramener à l’arrivée.’, vue qu’il roulait sa propre course pour le classement général. La seule chose que j’avais à faire était de le battre, ce qui était vraiment facile. Nous n’avions pas vraiment un plan pour cette étape. Herman Frison, le directeur de l’équipe, nous a tous donné un rôle libre. J’ai donc joint l’échappée autant que Jonathan Dibben qui a fait un boulot parfait pour l’équipe. Il n’a pas manqué un tour toute la journée de façon que je pouvais me reposer dans sa roue. »

Lors de l’arrivée au sommet à Paracombe trois jours avant, Holmes était très déçu avec sa 31ième place.

J’ai tout fait pour rouler un bon classement général mais, en général, la vitesse était trop élevée et je l’ai trouvé dur de rouler en groupe. Les premiers jours, je n’ai pas vraiment bien presté. Hier soir, j’ai même dit à mes parents, qui sont ici quelques jours, que ce boulot ne me convient peut-être pas. Aujourd’hui, c’est un renversement total. »

Dès maintenant, Holmes s’est fait un nom. Avant, il faisait partie des équipes britanniques continentales.

Les équipes doivent vraiment venir regarder les National Series en Angleterre. Les épreuves ne sont pas conformes l’UCI mais elles valent bien le niveau et ne sont pas faciles à gagner. Kevin De Weert était le premier à me contacter après que beaucoup des gens m’avaient recommandé et avaient placé un bon mot pour moi. Je suis très heureux de pouvoir les remercier de cette façon. J’ai toujours cru que les épreuves World Tour me convenaient mieux. Il faut seulement rouler fort, il y a moins de la tactique. En Angleterre, ce n’est pas toujours le plus fort qui remporte la victoire. Je n’ai pas beaucoup gagné parce que je n’étais pas assez fort sur le plan tactique. »

Holmes semble mieux être un grimpeur qu’un coureur classique.

“Je ne le sais pas. Je n’ai jamais vraiment roulé en haute montagne. J’ai passé les six dernières années en Angleterre, ce qui n’est pas si mal. C’est ma deuxième arrivée au sommet cette semaine et apparemment ça me convient. De cette façon, l’équipe va avoir beaucoup de confiance en moi. Jusqu’à présent, j’avais le sentiment qu’ils ne me connaissaient pas vraiment. Je suis nouveau et ils m’ont donné les boulots plutôt faciles. Peut-être, je pourrai à partir de maintenant demander qu’ils roulent pour moi lors de certaines étapes. »

Le programme de Matthew Holmes n’est pas encore définitif mais…

Mon plan original était rouler des courses par étapes courtes et peut-être un Grand Tour, soit le Giro soit la Vuelta. Je dois prester beaucoup mieux qu’aujourd’hui pour pouvoir participer au Tour de France… », Holmes concluait avec le sourire.

Partenaires

X