WorldTeam Brent Van Moer: « Ma première victoire pro était vraiment magique. »

Le Belge de 23 ans nous partage ses impressions sur sa saison.
Général 20 décembre 2021

Pour sa deuxième saison complète chez les professionnels, le coureur de Lotto Soudal Brent Van Moer a connu de très bons moments, mais il a également dû faire face à quelques revers. Le Belge de 23 ans nous partage ses impressions sur l’année qui vient de s’écouler.

« Ce fut une très belle année », confie Brent Van Moer. « Quand j’y repense, c’est vraiment cette deuxième place dans l’avant-dernière étape de Tirreno-Adriatico qui a été le point de départ d’une saison réussie. Passer aussi près de mon premier succès pro n’a pas été facile à digérer, mais me battre pour la victoire dans une course WorldTour m’a donné la confiance nécessaire pour le reste de la saison. »

« À Tirreno-Adriatico, je devais normalement rouler pour Caleb Ewan, mais lorsqu’il a été contraint à l’abandon, j’ai pu tenter ma chance dans les échappées et ça m’a pas mal réussi. Passer à un cheveu de mon premier succès professionnel était une déception, mais ça m’a donné l’envie de me battre pour la victoire durant le reste de la saison. J’ai malheureusement joué de malchance lors des classiques et je n’ai donc pas pu atteindre les objectifs que je m’étais fixés. Après une longue période de repos et un bon stage en altitude, je suis revenu à la compétition au Tour du Limbourg et tout le monde se souvient encore de ce qui s’est passé…J’étais vraiment énervé après la course, mais la déception a vite fait place à la confiance, parce que j’avais vraiment d’excellentes sensations ce jour-là. Ça m’a donné un coup de boost juste avant le Critérium du Dauphiné, mais je n’imaginais pas un seul instant que j’allais y remporter une étape. Je voyais plutôt cette course comme une préparation à une éventuelle participation au Tour. »

« Je suis arrivé plein de motivation au départ de la première étape. J’étais déjà prêt à partir quinze minutes avant le départ, mes coéquipiers se sont d’ailleurs un peu moqués de moi. Finalement, je les ai quand-même bien surpris, parce que tout s’est déroulé comme prévu ce jour-là. Dans la dernière ligne droite, j’ai repensé à ce qui s’était passé au Tour du Limbourg et ça m’a donné cette petite étincelle supplémentaire pour aller au bout. Cette première victoire professionnelle était vraiment magique. Le maillot jaune et le lion en peluche, c’était la cerise sur le gâteau. C’est le moment que je considère comme le point culminant de ma saison. »

« Au Dauphiné, j’ai montré que j’étais capable de me défendre quand la route s’élève, mais je ne savais pas encore si j’allais être sélectionné pour le Tour de France. Quand on m’a annoncé que je faisais partie de la sélection pour le Tour, c’était un rêve devenu réalité. Mon premier Tour de France a été inoubliable. La double ascension du Mont Ventoux m’a donné la chair de poule. Je suis très reconnaissant envers l’équipe pour la chance que j’ai reçue. Je me suis fait remarquer, j’ai presque gagné une étape et surtout, j’ai terminé le Tour avec de très bonnes sensations. »

« J’avais un très beau programme pour le reste de la saison, mais une chute à l’entraînement est venue tout gâcher. La malchance fait partie intégrante de la vie d’un coureur cycliste, c’est quelque chose qu’il faut accepter. Je suis surtout content d’avoir bien récupéré de cette fracture et d’avoir pu faire encore quelques courses avant la fin de la saison. Ça m’a permis d’aborder l’hiver avec de bonnes sensations. »

« Beaucoup considèrent que 2021 a été l’année de ma révélation. Ça veut dire que j’ai réussi à montrer de belles choses et je pense que je serai plus surveillé à l’avenir. Ce nouveau statut implique également de nouvelles attentes pour l’an prochain. J’ai fait le plein de confiance et j’espère faire de bonnes prestations dans les classiques. J’aimerais bien sûr refaire un gros coup comme au Dauphiné, mais je n’ose pas viser une course en particulier. Nous avons une solide équipe pour les classiques et tout le monde a hâte de débuter la saison. Le podium de Florian à Paris-Roubaix nous a motivés comme jamais ! Avec le retour de Victor Campenaerts, notre équipe pourra compter sur un autre coureur très offensif. Je suis convaincu que nous pourrons montrer de belles choses l’an prochain », conclut Brent Van Moer.

Foto's: Photo News.

Dans cet article