WorldTour

Deuxième victoire d'étape pour Greipel à Dunkerque, Van der Sande fait partie de l'échappée

13/05/2018

André Greipel gagne la cinquième étape de 4 Jours de Dunkerque

Plus tôt cette semaine, André Greipel a remporté la deuxième étape des Quatre Jours de Dunkerque après un beau sprint. Aujourd'hui, il a également gagné d'une façon impressionnante la difficile cinquième étape au Mont Cassel! La fête a cependant un peu été gâchée par la chute de Jasper De Buyst juste après l'arrivée alors qu'il se rendait au bus de l'équipe. A l'hôpital, une grosse contusion à l'épaule droite, une fissure à la mâchoire et des dents supérieures cassées ont été diagnostiquées. En vue du Tour de Belgique, les blessures seront évaluées afin de se rendre compte si une sélection est possible.

La cinquième étape des Quatre Jours de Dunkerque allait être une difficile course d'usure. Après une première partie plate, neuf circuits locaux de 14,6 kilomètres avec deux ascensions étaient au programme. Le début d'étape fut très rapide avec une vitesse moyenne de 47 km par heure. Le peloton, sous la direction de Vital Concept, n'a pas laissé partir d'échappée.

Un groupe important de dix-huit coureurs, dont André Greipel pour Lotto Soudal, s'est finalement formé après la première ascension du Mont Cassel. L'avance du groupe de tête a culminé à quatre minutes à 70 kilomètres de l'arrivée. Ce fut le signal pour Wanty-Groupe Gobert afin de prendre l'initiative en tête de peloton et de réduire l'écart.

Entretemps, deux coureurs sont sortis du groupe. Koning et Saez ont choisi de partir à l'aventure. Ils ont compté une avance d'une minute, mais ont finalement été repris par le groupe de poursuite. A une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, deux hommes ont accéléré dans le groupe de tête: le Belge Claeys et le Néerlandais Risebeek. Greipel n'a pas hésité et a fait la jonction. Le trio a bien collaboré et s'est directement forgé un bel avantage sur un quatuor de poursuite. Alexis Gougeard a tenté de les rejoindre depuis le peloton, mais c'était trop tard. Dans le Mont Cassel, Riesebeek est le premier à avoir lâché prise. Claeys continuait d'emmener, mais c'est finalement Greipel qui a sorti le coureur de Cofidis de sa roue dans le dernier kilomètre et s'est imposé en solitaire!

André Greipel: " L'étape ne s'est pas exactement déroulée comme je l'avais imaginé, mais cela n'est pas grave. L'objectif était que je rende la course difficile avec Jasper De Buyst et Rémy Mertz. Alors que six coureurs se trouvaient à l'avant après la première ascension de Cassel, j'ai rejoint ce groupe avec douze autres coureurs. A 25 kilomètres de l'arrivée, je suis parti avec Claeys et Riesebeek. Nous avions décidé de continuer à collaborer jusqu'à la dernière ascension. A un kilomètre et demi de l'arrivée, j'ai joué le tout pour le tout et j'ai finalement décroché la victoire. Ce n'est que la deuxième fois sur 151 succès que je m'impose de cette façon. Je l'avais déjà réalisé une fois lors du Tour du Luxembourg. C'est agréable de pouvoir montrer que je suis le plus fort du peloton. Je me trouve maintenant à quatre secondes de Claeys au classement général. Tout se jouera donc lors de la dernière étape demain. Nous verrons comment évolue l'étape, mais avec deux victoires d'étape et une deuxième place de Jasper De Buyst, nous pouvons déjà dire que nos Quatre Jours de Dunkerque sont réussis. Nous verrons si nous pouvons ajouter la cerise sur le gâteau demain."

 

Tosh Van der Sande fait partie de l'échapée matinale dans la huitième étape du Giro

Au Giro se déroulait la huitième étape avec arrivée au sommet à Montevergine di Mercogliano. Tosh Van der Sande faisait partie de l'échappée matinale et n'a été repris par le peloton qu'à sept kilomètres de l'arrivée. Tim Wellens est tombé à trente kilomètres de l'arrivée, il ne souffre que d'écorchures au niveau de la jambe droite et de l'épaule gauche.

Avec une étape de 209 kilomètres et une arrivée au sommet, les coureurs se voyaient offrir un difficile exercice. De nombreux coureurs voulaient faire partie de l'échappée du jour, le début d'étape fut donc très rapide et nerveux. Un groupe de tête de huit coureurs s'est finalement formé après 40 kilomètres: Bouwman, Mohoric, Montaguti, Pedersen, Polanc, Van der Sande et Villella. Pour Pedersen, le rythme était trop élevé et il ne restait donc que sept coureurs. L'équipe du leader Simon Yates, Mitchelton-Scott, a contrôlé l'avance qui a culminé à six minutes. La situation de course fut longtemps la même jusqu'à ce que Katusha et le Team Sky prennet les choses en main en tête de peloton, l'avance des sept hommes a dès lors diminué. Van der Sande a tenté plusieurs accélérations en tête. Finalement, c'est le Néerlandais Bouwman qui s'est montré le plus fort du groupe de tête et est parti en solitaire à la recherche de la victoire d'étape. C'était sans compter sur l'Equatorien Carapaz. Il est sorti du peloton des favoris, a repris Bouwman, l'a directement déposé et s'est imposé.

Tosh Van der Sande: "Le plan était de se trouver dans l'échappée aujourd'hui, avec Tim Wellens, Sander Armée ou moi-même. Mais se trouver dans une échappée est naturellement plus facile à dire qu'à faire. Il a fallu un certain temps avant que sept coureurs ne s'échappe. Katusha a tout tenté afin de nous reprendre car l'équipe n'avait personne dans l'échappée matinale, mais ils ont finalement laissé partir. 70 kilomètres avaient alors déjà été effectués. Mitchelton-Scott n'a malheureusement pas laissé l'écart grandir. L'avance a culminé à six minutes. Avant d'entamer une ascension finale de dix-sept kilomètres, c'est trop peu. J'ai encore tenté de m'échapper en début d'ascension, mais j'ai connu un passage plus difficile et j'ai dû lâcher prise. Le peloton est revenu très vite et j'ai alors compris que la victoire n'était pas pour quelqu'un de l'échappée. Mais je suis heureux de ma bonne condition et j'espère encore pouvoir tenter ma chance plus tard durant ce Giro."

Partenaires

X